Les mots de Gwen

Les mots de Gwen

Carl Aderhold - Les poissons ne connaissent pas l'adultère

 

"Il a suffi d’un cadeau d’anniversaire loufoque pour que, la veille de ses quarante ans, Julia éprouve le besoin d’échapper à sa vie de femme mariée, de mère, de caissière, et saute dans le premier train pour Toulouse. Comme par contagions, tous les passagers qu’elle croise sont eux aussi emportés : Colette, la vieille dame, amoureuse de deux hommes ; Germinal, le contrôleur anarchiste ; Jean-Pierre, l’éternel dragueur ; une formation de choristes rock’n’roll… Et surtout Vincent, chercheur et spécialiste des bestiaires médiévaux, qui se rend à un colloque en compagnie de sa femme. "Les poissons ne connaissent pas l’adultère", écrit l’un des auteurs qu’étudie Vincent. Mais les héros de ce magnifique Paris-Toulouse ne sont que des humains… Dans ce voyage de toutes les fantaisies, Julia va tenter de renouer avec une vie plus juste, plus légère, plus libre."

 

Tout quitter pour recommencer sa vie, est-ce possible ? En tout cas, c’est ce que souhaite Julia (de son vrai nom Valérie).


Valérie, parisienne de 40 ans en a marre. Ni heureuse, ni malheureuse, elle trouve sa vie banale et ne la supporte plus. Peut-être est-ce à cause de ses 40 ans ? A cette occasion, ses copines lui ont offert une journée relooking : vêtement, coiffure et maquillage. Elle décide que tout doit changer. Ce cadeau, c’est aussi une opportunité pour elle de tout changer : elle ne trouve plus d’attraits à sa vie, peut-être est-ce à cause de son mari qui ne la regarde plus ? Peut-être est-ce à cause de son travail de caissière qui la fatigue ? Toujours est-il qu’en allant au travail, elle décide de partir, de tout quitter. Quand elle voit Julia Roberts sur un panneau publicitaire, elle repense au film Pretty Woman, à cette prostituée qui refait sa vie. Ce jour-là, elle change de direction et monte dans le premier train pour Toulouse. Un coup de folie ? Un coup de chance ? Ce voyage dans le train ne sera pas de tout repos … Pour poursuivre dans sa phase de changement, elle se fait appeler Julia car Valérie, ce n’est pas très tendance !! Et puis, elle est fan de Julia Roberts ! Au cours de ce voyage, elle va rencontrer différentes personnes qui vont toutes ressortir de ce train avec une vision différente de la vie. Colette, ancienne infirmière, est une amoureuse de la vie mais est aussi amoureuse de deux hommes à la fois, du coup elle vit six mois à Paris avec l’un puis six mois dans le sud avec l’autre. Au cours de ce voyage, elle va réfléchir à cette union à trois. Elle ne peut et ne veut pas se passer de ces deux amours. Elle pense s’installer dans le sud et demander à son amour parisien de la rejoindre. Notons qu’elle va jouer un rôle important dans la vie de Julia. Nous avons aussi Germinal, le contrôleur un brin anarchiste qui décide de ne plus effectuer de contrôles après avoir rencontré un sourd-muet n’ayant pas de ticket. Suite à un élan de solidarité lancé par Julia, tout le monde va se cotiser pour payer le ticket de ce monsieur. Par conséquence, Germinal va laisser libre court à ses idées via le micro du train, et lui aussi va jouer un rôle dans la vie de Julia. Nous avons aussi Bruno, l’amoureux des mots (croisés) ; Jean-Pierre, un dragueur un peu lourd ; Singh, le serveur indien qui inverse le thé et le café ; Dick et sa bande de choristes "Happy Day Band" ; nous avons aussi les deux couples : Vincent et Muriel ainsi que Nicolas et Aude. Ces quatre derniers s’installent dans le même wagon que Julia, Colette et Bruno. Immédiatement, il se passe quelque chose entre Vincent et Julia. Elle est magnifiquement habillée avec une robe dont le décolleté est plongeant, ce qui de ce fait, attire les regards. Toutefois, elle prend tout doucement conscience de son nouveau pouvoir de séduction et décide de l’utiliser sur Vincent. Il est marié, mais si lui s’intéresse à elle, que peut-elle y faire ? Et puis, ces deux couples sont si mal assortis !


Des petites phrases blessantes ou des remarques déplacées vont révéler combien la routine s’est installée entre eux et qu’il est difficile d’en sortir. Julia va se servir de cette situation pour décocher des clins d’œil à Vincent, lui faire comprendre par des gestes qu’il lui plait. Lui aussi est attiré : il la regarde avec des coups d’œil qu’il veut discrets. Julia se redécouvre portée par le nouvel élan de liberté qui l’a surprise le matin même. Elle se sent surtout renaître sous le regard de Vincent. Quand il la regarde, elle se sent regardée avec désir, envie, ce qui n’était pas arrivé depuis longtemps. Avec l’aide de Colette et Germinal, ils vont réussir à se retrouver pour quelques minutes d’intimité volées. Mais, le plaisir est de courte durée… Muriel découvre ce qui s’est passé et se met en colère. A cela, s’ajoute la bagarre entre Nicolas et Vincent à propos de Julia que Nicolas avait insultée, et le fait qu’Aude quitte Nicolas car elle ne supporte plus ses multiples infidélités dont elle connaissait l’existence. Julia ne peut affronter Muriel et cherche en vain Vincent ; pourtant, ce n’est pas grand un train, mais Vincent se cache dans les toilettes ! Julia tombe malgré tout sur Muriel et la situation ne se déroule pas comme elle le pensait ! Le train arrive à Toulouse et toujours pas de Vincent. Julia commence à paniquer puis se résigne en se disant qu’il s’agissait peut-être d’une histoire de quelques minutes, un coup comme ça ! Sur le quai, elle réfléchit à ce qu’elle va faire quand elle voit Vincent qui la regarde, un grand sourire aux lèvres.


Les poissons ne connaissent pas l’adultère soulève plusieurs questions : la vie peut-elle basculer en si peu de temps ? Faut-il faire attention aux signes ? Doit-on céder aux tentations ? Mais surtout, changer de fringues et de coupe de cheveux est-ce vraiment la solution quand on veut changer sa vie ? L’idée de départ est intéressante - la crise de la quarantaine - quoique maintes fois traitées aussi bien dans les romans que dans les films. Tout devait donc tenir dans le déroulement du voyage.


Si j’ai beaucoup aimé Mort aux cons, ce roman m’a moins séduite. Tout simplement parce que l’on tombe trop dans la caricature et surtout, les rebondissements ne sont pas à la hauteur de ce que l'on était en droit d’espérer. Déçue ? Non, pas vraiment car l’écriture est agréable et l’histoire pas trop mauvaise ; c’est seulement l’évolution du voyage qui n’est pas extra.

 

Il me fait penser aux romans d’Anna Gavalda : des rencontres improbables, de nouvelles visions, … A titre perso, je n’accroche pas sur Anna Gavalda, c’est surement pourquoi Les poissons ne connaissent pas l’adultère ne m’a pas trop emballée. Toutefois, il a un petit côté Amélie Poulain que pour le coup, j’aime bien !

 


 



02/03/2013

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 13 autres membres