Les mots de Gwen

Les mots de Gwen

John Hart - L'enfant perdu

"Un soir, alors qu’elle rentrait chez elle, la jeune Alyssa Merrimon disparaît. Un an après, Johnny, son frère jumeau fouille toujours leur petite ville de Caroline du Nord, rue par rue, s’introduisant chez des hommes soupçonnés de comportements déviants, au risque de se faire prendre. Clyde Hunt, le policier chargé de l’affaire, le surveille discrètement, tout comme sa mère qui reste inconsolable. Mais la disparition d’une deuxième fillette, suivie de plusieurs découvertes macabres vont ébranler toute la petite communauté et menacer Johnny."

 

Un bon polar, cependant…


Alyssa, la sœur jumelle de Johnny, disparaît; seul Jack, le meilleur ami de Johnny fut le témoin oculaire de l’enlèvement. Mais, la police n’a rien. Rien de rien. Un an après, âgé de 13 ans, Johnny persiste à trouver sa sœur. Il y travaille ardemment, possède une carte de la ville sur laquelle il répertorie les maisons "visitées", les personnes dangereuses, … Aidé de Jack, il n’hésite pas à sécher l’école pour réaliser ses investigations. Seulement, une deuxième jeune fille disparaît et pour Johnny, c’est forcément la même personne qui a enlevé sa sœur. Il décide donc de retrouver cet homme. Il y arrivera. Et sa découverte en permettra beaucoup d’autres…


Je me souviens parfaitement du moment où j’ai eu envie de lire ce roman : en entendant un chroniqueur radio en faire l’éloge. Et je dois dire que je n’ai pas été déçue… enfin, dans l’ensemble ! Car, je lui trouve quelques défauts, mais passons d’abord par ses qualités !


Ses points forts :

Des personnages complexes, parfaitement travaillés par l’auteur, à tel point qu’ils nous semblent réels. Johnny, le héros du roman, est un petit garçon qui a muri trop rapidement. Il est animé par le seul désir de revoir sa sœur et pour cela, s’engage dans une enquête qui, si elle est adulte de par des points, reste dominée par son comportement enfantin qui le met parfois en danger. Katherine, sa mère, est une femme abattue, détruite par son nouveau compagnon (Ken) qui l’a initiée aux drogues. Elle se perd dans les vapes des mélanges drogues/alcool, tellement en manque de sa fille qu’elle en oublie son fils. Levi, le grand noir qui, autant le dire, on ne pige pas trop ce qu’il fait là ! A dire vrai, il m’a beaucoup fait penser l’acteur Michael Clarke Duncan qui joue dans le film La ligne verte ! Clyde, le policier chargé de l’enquête et quelque peu amoureux de Katherine, surprotège Johnny et n’a jamais baissé les bras pour retrouver Alyssa. Cette enquête l’a d’ailleurs bouffé, il en résulte que ses sentiments sont parfois plus forts que son devoir.

L’histoire est excellente. Très bien ficelée, on va de rebondissements en rebondissements. La deuxième fille disparue est retrouvée assez vite dans le roman, une fin qui permet des découvertes qui elles-mêmes engendrent davantage de questions. Bref, nous n’avons pas de linéarité, ce qui fait de ce roman un très très bon polar. Au moment où l’on se dit "Ah mais oui ! C’est évident !" eh bien non ! On peut avoir l’impression de partir dans tous les sens, il n’en est rien. Au final, on se rend compte que l’auteur a semé des indices que nous lecteurs ne voyons qu’à la seconde lecture. La fin est juste… surprenante ! On reste un moment à repenser à toutes ces pages que l’on vient de tourner afin de chercher des indices, mais la seule remarque qui vient à l’esprit est "C’est extrêmement bien ficelé !"

Les chapitres sont écrits selon différents points de vue sans qu’ils se chevauchent. Nous avons bien deux enquêtes parallèles : celle de Hunt et celle de Johnny.

La plume de l’auteur : très agréable ! Il trouve les mots justes pour exprimer le peine, la souffrance, le manque, la volonté, la rage, … Sans tomber dans le dramatique (et ce serait facile dès lors que l’on traite des enlèvements d’enfants), il rebondit et nous plonge dans une histoire sombre et bien plus macabre qu’elle n’y paraissait au début.

 

Ses points faibles :

Comme je le disais, nous avons différents points de vue. Bien que cela soit enrichissant, je pense que parfois, trop c’est trop. Certains passages n’étaient, selon moi, pas nécessaires et ont alourdi le récit au risque, par moment, de me couper dans mon élan. Selon moi, il aurait été bien de rester concentrer sur les points de vue de Johnny, de Clyde et éventuellement Katherine. Johnny est quand même le plus important, d’autant que John Hart a décidé que lui et sa sœur étaient jumeaux, un lien très fort ; Johnny a donc perdu sa moitié et ce manque aurait pu être davantage exploité.

A mon goût, Johnny est un peu trop débrouillard. Je ne vais pas trop en dire, mais il parvient à trouver un pédophile et un meurtrier, au nez et à la barbe de la police !

Des personnages bien décrits, je ne le conteste pas, mais parfois un peu clichés : Ken, le drogué alcoolique, la mère effondrée et amorphe, …

Une certaine longueur, surtout dans la première partie. La seconde est plus rythmée, plus saccadée et plus captivante.

 

En conclusion, je trouve que L’enfant perdu est un bon polar, très palpitant de par ses nombreux rebondissements. Un peu long parfois, mais le côté sombre et la détresse émanant de Johnny retient le lecteur qui veut savoir ce qu’est devenue Alyssa.

 

 


En savoir plus sur John Hart

 



22/04/2013

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 13 autres membres