Les mots de Gwen

Les mots de Gwen

Karin Slaughter - Broken

 

"Le corps d'une jeune femme assassinée de manière atroce est découvert dans un lac du Comté de Grant. Quelques heures plus tard, Tommy Braham, l'assassin présumé, un attardé mental, est arrêté après avoir grièvement un policier lancé à ses trousses. Incarcéré, il passe aux aveux et se suicide dans sa cellule. Sur les murs, son ultime message, comme un appel au secours : "Pas moi". Sara Linton, l'ancien médecin légiste du Comté de Grant, retourne pour la première fois dans la ville où son mari policier a été tué. Rongée par la culpabilité car Tommy a été l'un de ses patients, Sara se lance dans une enquête désespérée, persuadée que les enquêteurs locaux cachent la vérité. Elle demande l'aide de Will Trent, l'agent fédéral du Georgia Bureau of Investigation : les deux enquêteurs vont devoir se confronter à des policiers corrompus et impitoyables. Ainsi qu'à un redoutable tueur...

Avec Broken, Karin Slaughter nous plonge au cœur d'un thriller psychologique et d'un univers d'une noirceur absolue, où tous les personnages vont devoir affronter leurs propres démons."

 

Je ne vais pas trop m’attarder à résumer ce roman car selon moi, le charme d’un thriller réside en ses nombreux rebondissements, ses non-dits, ses phrases ambiguës, ses meurtres. Je vais donc me contenter de donner mon avis ! Mais avant tout, je tiens à remercier les Editions Grasset qui, une fois de plus, m’ont permis de découvrir un auteur jusque-là inconnu (pour moi !).


Broken est donc le premier roman de Karin Slaughter qu’il m’est permis de lire. Je l’avoue, je ne la connaissais que de nom ! Une erreur ? Certainement, mais elle sera vite corrigée dans la mesure où j’ai l’intention de rajouter ses précédents romans à ma longue liste de livres à acheter. En regardant sur internet, j’ai pu constater que les personnages de Broken sont récurrents, c’est une suite logique en quelque sorte ; cela m’a permis de comprendre le personnage de Faith qui me semblait incongru (mais, j’y reviendrai plus tard).


Comme tous thrillers qui se respectent, Karin Slaughter suit certaines règles : un premier chapitre énigmatique, des personnages torturés, des meurtres horriblement bien décrits, des rivalités et petit bonus : une haine farouche entre deux femmes. Le premier chapitre nous plonge d’emblée dans l’horreur car il décrit les tourments d’une jeune femme avant qu’on ne lise les phrases qui relatent sa mort (pas trop de détails, rassurez-vous !). Après ça, nous avons le droit à la découverte du corps, les interrogations, … L’enquête, tout simplement. Dès le chapitre qui permet à Sara de rentrer en scène, je me suis dit "Ça y est, nous y sommes !". Car elle allait forcément bousculer les choses. Mais c’est surtout l’arrivée de Will Trent qui donne un rythme. Un personnage qui m’a plu dès les premières lignes de par son sens du devoir, sa façon de tourner les phrases pour obtenir ce qu’il veut et sa fragilité. Bien que peu active sur le terrain (en même temps, ce n’est pas sa place), Sara va lui apporter son aide et son soutien pour résoudre ce qui semble gangréner le commissariat, faisant ainsi d’une pierre deux coups.


Comme je le disais, j’ai été séduite par Will Trent qui est - selon moi - le personnage le plus approfondi et le plus intéressant (ceci dit, les autres sont certainement davantage détaillés dans les romans précédents, cet avis n’est donc pas très objectif). S’il y a un plus, il y a un moins ; et le vainqueur est… Frank ! Insaisissable dès le début, il m’a particulièrement agacée tout au long du roman : sa façon de se comporter, de parler à Lena ou Will, de se montrer grossier et mystérieux. Parfois le mystère a du charme, mais là, pas du tout. Tellement agaçant qu’il aurait été trop gros que ce soit lui le meurtrier (désolée pour cette révélation). Faith m’a intriguée, je me suis interrogée sur son rôle dans l’histoire ? Elle aide Will alors qu’elle est sur le point d’accoucher ?! C’est lorsque j’ai vu qu’elle apparaissait dans les précédents romans que j’ai réalisé qu’il était impossible pour l’auteur de ne pas l’inclure, même un peu, dans celui-ci. Et puis, ses petites notes d’humour détendaient l’atmosphère !


L’atmosphère, justement. Toute l’action se déroule sur un très court laps de temps : trois jours. Ça peut sembler court, voire improbable. Mais comme dans les films et séries télévisées, le roman permet tout. Court terme = rythme soutenu ? Pas tant que ça finalement. Nous avons des moments intenses et des creux. Une certaine façon de nous prendre par surprise. Il y a des auteurs comme James Patterson qui maintiennent un rythme constant, d’autres comme Karin Slaughter qui jouent un peu les montagnes russes. Je ne sais pas si c’est propre à ce roman, mais cette absence de continuité donne au roman un petit côté lassant. Faut me comprendre : je suis tenue en haleine jusqu’à ce qu’on passe à table et que Will subisse un interrogatoire ! Toutefois, comme le dit la quatrième de couverture, nous sommes réellement plongés au cœur d’un univers sombre, très sombre. Entre la corruption, les mensonges, les secrets (on referme le livre sur des phrases plus que mystérieuses concernant Lena), la ville où se déroule le roman ne donne pas vraiment envie d’y résider ! Donc les quelques moments de creux ne m’ont pas dégoutée de l’auteur ; au contraire, je dirais que ça fait partie de son charme.


J’ai beaucoup aimé le style de l’auteur. On sent qu’elle prend plaisir à écrire et ses descriptions (aussi bien de la cuisine que de l’autopsie) ne lassent pas ! Bon, parfois on a peut-être un peu trop de précisions, mais passons, nous sommes dans un thriller !


Le style de l’auteur mais aussi son intrigue m’ont donné envie de la découvrir davantage avec son premier roman, que je vais tenter de dénicher. Et puis, si son prochain roman répond à quelques questions que je me pose, je suis partante !

 

 


En partenariat avec les Editions Grasset           

 


Site officiel de 
Karin Slaughter

 



25/04/2013

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 13 autres membres