Les mots de Gwen

Les mots de Gwen

Michel Riou - L'insoumise du Roi-Soleil

 

"A vingt ans, la belle Hélène de Montbellay coule des jours insouciants dans son Anjou natal. Mais ce bonheur prend fin lorsque Louis XIV condamne son père, le comte de Saint-Albert, pour sa liberté de penser et sa tolérance envers les protestants.

Décidée à convaincre le Roi-Soleil de réviser son jugement, notre héroïne s’engage dans un formidable voyage initiatique, au cœur d’un Versailles fief de toutes les intrigues et de toutes les cabales, secoué par l’Affaire des Poisons. Lancée à la poursuite d’un mystérieux fantôme, la jeune provinciale joue sa vie à chaque instant, affrontant le lieutenant de police La Reynie et le Père La Chaise, les insaisissables Maintenon et Montespan, mais trouvant aussi le soutien de Madame de Sévigné, du très séducteur Marquis de Penhoët et comédien Beltavolo.

Le charme, l’esprit et le courage d’Hélène suffiront-ils à déjouer les pièges de la Cour ?

Qui croit briller en approchant le Roi-Soleil peut se brûler les ailes…"

 

La première fois que j’ai lu L’insoumise du Roi-soleil, c’était en 2006 et je dois avouer que l’impression qu’il m’a laissé était retombée dans l’oubli. Si bien que j’ai profité du challenge lancé par l’auteur du blog Aperto Libro pour le relire ; en effet, intitulé "Un mot, des titres", il "m’imposait" de lire un livre qui contient le mot ROI. Donc voilà…

 

Hélène se met en tête de monter à Versailles afin de demander au Roi d’accorder son pardon à son père. Exilé sur son domaine par Louis XIV, le père d’Hélène se voit contraint de rester cloitrer et sombre dans la dépression. Elle réussit à convaincre son père, prend des cours pour le maniement de l’épée et escortée du valet de son père, prend la route pour Versailles. Avec l’aide de Penhoët, elle réussira à voir le Roi et lui promettra de résoudre une sombre affaire, si en retour, il accorde le pardon à son père.


A première vue, un superbe roman pour tous les amateurs d’histoire, notamment celle de Louis XIV. Une histoire tentante qui promet une aventure palpitante, une jaquette qui attire le regard, un titre qui laisse sous-entendre des rebondissements, … Bref, un bon roman !


Malheureusement, je n’ai pas accroché, mais alors pas du tout. Et pourtant, je trouve cette période de l’histoire très intéressante et L’insoumise du Roi-Soleil n’est pas mon premier livre dans le genre. Alors pourquoi ?


  • A la lecture du titre, j’imaginais une jeune femme qui tenterait par tous les moyens de voir le Roi. Au lieu de ça, elle virevolte, écoute, prend son temps. C’est bien simple : le livre compte 526 pages, elle ne le rencontre qu’à la 372ème. Et en plus, elle semble tout sauf insoumise !
  • Le résumé nous parlait d’affrontements avec le Père La Chaise (elle ne le voit qu’une fois), avec Madame de Maintenon (idem), la Montespan (franchement, elles s’entendent très bien donc je ne vois pas où il y a affrontement) et avec La Reynie (ils collaborent pour leur enquête) : le roman ne tient pas réellement ses promesses.
  • Louis XIV est dépeint comme un personnage horrible, égoïste, … Certes, il l’a été un peu, mais si l’on se fie à Michel Riou, il était véritablement sans cœur ; il l’aurait égaré sous l’influence de Madame de Maintenon : "Le Roi a choisi son camp. Il n’incarne plus la somme de ses sujets. Il est le roi des catholiques. C’est ici que son pouvoir absolu devient un danger pour l’unité du Royaume. Il divise alors qu’il faudrait rassembler. Et il agit contre ses propres intérêts." ou encore "(…) qui d’autre que lui aurait pu être l’arbitre et le serrurier de son royaume ? (…) Le roi a attiré ses sujets dans une prison dorée pour mieux les contrôler…". Les autres personnages historiques sont trop peu décrits pour que je puisse dire si oui ou non ils sont fidèles à eux-mêmes.
  • L’histoire semble trop simple, trop facile. Décidée, Hélène va devoir entendre tous ceux qui jugent son projet fou (Versailles étant un lieu de perdition…), et cela s’étend sur trop - beaucoup trop - de pages, mais surtout, tout lui sourira. Elle ne rencontrera aucun obstacles, arrivera à ses fins et se fera même des amis ! Sans oublier l’amour dont, soit dit en passant, on devine qu’il n’est pas clair dès son apparition. Une histoire qui met beaucoup de temps à se mettre en place, on a d’ailleurs trop de passage que je qualifie de "temps mort" et qui correspondent à la narration de certains faits (l’Affaire des Poisons, la Fronde, l’Edit de Nantes, …) certes importants, mais pas sur dix pages ! Cela dit, l’auteur possède une bonne connaissance de l’histoire et une belle écriture !

 

Pour être franche, certaines pages ont été lues en diagonale (c’était ça ou je refermais le livre), mais sans regrets. Pour les amateurs de Louis XIV, je conseille davantage Lady Louise (Joël Raguenes) ou Ambre (Kathleen Winsor) : avec eux, pas de déception !

 

 

 Challenge Un mot, des titres    

En savoir plus sur Michel Riou



28/02/2013

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 13 autres membres