Les mots de Gwen

Les mots de Gwen

Romain Bourgeoisat - Dix-huit

 

 

"Une prise d’otages. Six ravisseurs. Dix-huit personnes séquestrées. Parmi elles, deux jeunes inspecteurs d’un commissariat local qui vont bientôt se marier. Pendant des heures, il va falloir faire preuve de courage, sans craindre les rebondissements qu’entraînent les révélations des uns et des autres. Le suspense est haletant jusqu’au bout, alors que le lien qui unit ces dix-huit personnes se doit d’être découvert pour que justice soit rendue. Un seul élément va permettre d’atteindre ce but : quoi ? Ou qui ?"

 

J’ai refermé ce roman et suis restée perplexe quant à mon impression… Toutefois, je remercie les Editions Persée pour celui-ci qui, malgré une impression mitigée, possède une histoire intéressante.


Vous l’avez compris, nous tenons là un roman plutôt sombre. L’action se déroule sur une seule journée mais grâce à des flash-back, nous en apprenons, au compte-goutte, sur les ravisseurs et les otages. La prise d’otages, qui a débuté à l’aube, a lieu dans un commissariat (pour le coup, c’est osé !) et retient, entre autre, des policiers. Les hommes sont armés mais ne semblent pas vouloir faire de mal à leurs otages ; le chef est plutôt quelqu’un de gentil. Mais, les doubles-jeux sont rois, ceux que l’on pensait être nos amis ne le sont pas, ce qui va amener quelques vérités à éclater.


Qui dit prise d’otages dit suspense. Ou thriller. Mais pas policier. Un roman policier, c’est un meurtre commis, une enquête, et puis basta ; tout repose sur l’enquête, comme dans le roman précédent que j’ai lu, Le plus beau des bersagliers d’Exbrayat. Si l’on veut un suspense, on lit Innocent de Harlan Coben, et si on veut un thriller, on se dote de Bikini de James Patterson. Bref, trois genres différents même si l’on peut parfois regrouper les suspenses et les thrillers. Eh bien mon problème ici, c’est que Dix-huit se veut être un suspense, mais qu’il se contente de rester à la frontière entre ce thème et le policier. Ou alors, j'ai pas compris !


Selon moi, le roman manque de profondeur : trop lisse, il lui aurait fallu davantage de descriptions aussi bien d’actions que de pensées. Les otages ne semblent pas trop pétrifiés à l’idée d’être à la merci d’hommes armés. Par exemple, lorsque l’homme tue le médecin légiste, tout se passe comme si un narrateur plus qu’extérieur nous relatait la scène : "A cet instant, l’homme lui tira une balle entre les deux yeux. Il prit les dossiers et son téléphone." Je ne prétends pas être une pro, mais un truc du genre : "Avant que le médecin n’ait le temps de réagir, l’homme lui tira une balle qui alla se loger entre ses deux yeux. Ne voulant pas que la détonation alerte les voisins, il prit rapidement les dossiers de l’homme qui se vidait de son sang à ses pieds ainsi que son téléphone." Bref, un texte plus riche. A titre de comparaison, sur un même sujet, nous avons Crise d’otages de James Patterson qui est un vrai suspense/thriller emplit de tension, de morts et d’angoisse.

 

Et puis, la multiplication des personnages qui ont pour la plupart un double rôle perturbe ! Prenons Adeline par exemple : une jeune femme qui a été assassinée mais dont on découvre qu’elle était la maîtresse enceinte d’un flic actuellement retenu en otage. Il s’avère qu’elle a une sœur jumelle qui porte le même prénom qu’elle ! Cependant, ou alors j’ai rien compris et j’ai mélangé les deux sœurs, ou alors, je ne sais pas, mais page 67, nous lisons un flash-back vieux de cinq jours dans lequel Adeline est vivante, ce qui entre en contradiction avec le flash-back de la page 75 qui nous raconte l’accident d’Adeline quarante jours plus tôt !! Je me suis un peu perdue, je l’avoue ! Et surtout, j’ai par moment dû relire des passages tant l’histoire partait dans tous les sens ! Et pourtant, le roman ne fait que 140 pages ; ce qui me pousse à dire qu’une cinquantaine de pages en plus n’auraient pas été de trop si elles avaient contribué à étoffer le roman.


L’histoire en elle-même, bien qu’elle soit compliquée à cerner dès le début, est plutôt bonne. Des hommes qui cherchent à se venger et à retrouver un honneur qu’ils jugent bafoué, je trouve la trame intéressante.


Ce roman m’a donc laissé un goût plus qu’étrange : j’ai été déçue par l’écriture et le développement de l’histoire, mais en même temps, intéressée par l’histoire en elle-même… Premier roman de l’auteur, je me dis qu’il est encore tout jeune dans le milieu, il faut lui laisser le temps de trouver ses marques !

 

 

En partenariat avec les Editions Persée             

 




04/05/2013

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 13 autres membres